Le miel et ses propriétés

Le miel est une substance sucrée produite par les abeilles à partir de nectar ou de miellat entreposé dans la ruche et qui leur sert de nourriture lors des périodes climatiques défavorables. Pour fabriquer un kilo de miel les abeilles doivent accomplir 50000 vols et visiter des millions de fleurs L’abeille en consomme 3 milligrammes par jour (valeur moyenne sur l’année).

Le miel est sucré mais il n’a pas grand chose à voir avec le sucre blanc raffiné couramment utilisé. Il est composé :
– de glucides en grande quantité : 78 à 80% représentés essentiellement par du fructose : 38%, du glucose : 31%, ainsi que du maltose, du saccharose et divers autres polysaccharides.
– d’eau : variable selon la maturité du miel lors de sa récolte, maximum 18%
– de protides : moins de 1%, mais contenant un très grand nombre d’acides aminés.
– de sels minéraux : de 0.1% à 0.5% pour les miels de miellat : argent, brome, calcium, chrome, cobalt, cuivre, fer, lithium, magnésium, manganèse, molybdène, nickel, or, phosphore, potassium, silicium, sodium, soufre, zinc. Les miels foncés sont globalement plus riches en minéraux que les miels clairs.
– D’acides organiques, libres ou combinés : 0.3% le principal d’entre eux étant l’acide gluconique
– D’un grand nombre de vitamines, dont les quantités, loin de couvrir les besoins journaliers des humains, n’en constituent pas mois un appoint non négligeable. Le miel contient essentiellement les vitamines B1, B2, B3, B5, B6, C, et accessoirement les vitamines A, B8, B9, D et K
– D’enzyme, dont les principaux sont les amylases alpha et bêta, la gluco-invertase et la gluco-oxydase ; ces enzymes (qui facilitent la digestion des aliments et sont à l’origine de certains vertus du miel) sont détruites par un chauffage exagéré du miel qu’il y a donc lieu de toujours éviter (il convient de ne pas chauffer le miel au-dessus de 40°C si l’on veut lui converser ses propriétés).
– De plusieurs facteurs antibiotiques naturels, regroupés sous le nom générique d’inhibine, qui sont en fait de puissants bactériostatiques, c’est-à-dire qu’ils empêchent le développement des bactéries.
– On y trouve également des traces de résine, de pollen, d’albumine ainsi qu’une multitude de composés aromatiques en fonction des essences florales dont il est issu.

Un gramme de miel fournit 3.264 calories. Le miel est un excellent ingrédient de cuisine. Il se marie avec bonheur avec de nombreuses épices : gingembre, cannelle, cumin, poivre, anis… De l’entrée au dessert, il remplace avantageusement le sucre depuis l’antiquité : son pouvoir sucrant supérieur permet de diminuer d’un quart la quantité de sucre de vos recettes!

Par sa richesse en sels minéraux, il favorise la croissance, fortifie le squelette et revitalise l’hémoglobine.

Par ses facteurs glycolytique et cholinergique, il est considéré comme reconstituant cardiaque et sanguin. Le premier facteur est stimulateur d’une utilisation accrue des glucides, il constitue un tonique du muscle cardiaque en particulier et des autres muscles en général. Le second facteur est actif sur la perméabilité des vaisseaux il favorise la circulation dans le myocarde.

Grâce à sa haute concentration en sucres, sa richesse en diastases et en essences aromatiques, le miel possède un pouvoir antiseptique : efficace pour soigner les maux de gorge, il s’oppose également à toute fermentation intestinale.

Il contient un facteur antibiotique rare, l’inhibine, qui le principal responsable de son activité antimicrobienne. Ses acides organiques sont fébrifuges et diurétiques. L’invertase et l’amylase, deux enzymes du miel, expliquent ses propriétés digestives et laxatives.

Recherches populaires : Tout savoir sur le reiki sur Montauban