Les origines du thé

Le thé : Sagesse du bouddhisme et mainmise anglaise.

Tout commence en Chine en 2737 avant notre ère.
Selon la légende, l’empereur Shen Nung, voulant se désaltérer, fait bouillir de l’eau l’abri d’un arbre, quand une légère brise agite les branches.

Quelques feuilles se détachent, se mêlent à l’eau, lui donnant une couleur et un parfum délicat. Cependant, l’art du thé reste lié au nom de Bodhiharma, ce prince Indien parti prêcher le bouddhisme en Chine. Les vertus du thé lui permirent de rester éveillé pendant les 6 dernières années de son apostolat.

A partir de la seconde moitié de la dynastie Tang (618, 907), sous l’impulsion du maître Lu Yu, le thé devint une boisson quotidienne et le breuvage de prédilection des poètes et des artistes.

Le Japon le découvre au VIIème siècle, mais il ne connaît son apogée qu’au XVIème siècle, avec la codification de la cérémonie du thé (chanoyu), d’inspiration zen.

Ce sont les Hollandais qui, les premiers, l’introduisent en Europe, avant que les Anglais ne s’en approprient l’usage et ne remplacent leur boisson fétiche, le café, par le thé.

Recherches populaires : Tout savoir sur le reiki sur Montauban