La réflexologie

La réflexologie est connue et pratiquée depuis plus de 5000 ans par les peuples Aztèsques, Egyptiens, Indiens et Chinois…
Elle est basée sur les principes énergétiques de la médecine traditionnelle chinoise, les méridiens.
Elle est pratiquée sous différentes formes : la réflexologie plantaire, palmaire, endonasale et auriculaire, l’acupuncture et le shiatsu.
Le principe est la transmission de l’information, venant de l’intérieur (le praticien prend l’information que lui transmet l’organe) ou de l’extérieur (le praticien apporte une correction, il modifie l’information) par voies nerveuses et énergétiques (les méridiens). Donc la réflexologie peut servir à la fois de bilan de terrain et de correction du fonctionnement des organes.
Chaque discipline, réflexologie palmaire, plantaire, endonasale, auriculaire possède une cartographie des organes du corps, donc chaque zone du cops est projetée sur la voûte plantaire, la main, le nez et l’oreille, c’est ce qui permet le travail. Ces projections établissent les correspondances entre les points de la plage réflexe et les organes.
A partir de là, il est possible de communiquer avec les organes depuis cette zone :
– soit de manière centrifuge (transmission de l’information venant de l’intérieur), à ce moment-là les organes en souffrance sont détectés par les points sensibles sur la plage réflexe,
– soit de manière centripète (transmission de l’information depuis l’extérieur, biofeedback), à ce moment-là, une correction est apportée par une action stimulante ou calmante du point réflexe pour réguler le fonctionnement de l’organe en correspondance.
On peut aussi remarquer l’impact de ces différentes disciplines à plusieurs niveaux :
– elles permettent une régulation nerveuse et énergétiques puisqu’elles utilisent ces deux voies,
– elles permettent une régulation au niveau du système nerveux, elles agissent plutôt sur le système neuro-végétatif ou sympathique qui gère le fonctionnement de nos viscères et le métabolisme. Ce système neuro-végétatif contient en fait deux sous-systèmes : l’orthosympathique (il gère nos dépenses pour faire face à l’urgence, le stress notamment) et le parasympathique (il gère l’économie d’énergie, la mise en réserve des nutriments). De nos jours, avec l’impact des FDP, il peut y avoir rupture de l’équilibre entre le parasympathique et l’orthosympathique, ce qui génère un certain nombre de troubles, de fatigues, de dépression…
– elles permettent enfin de détecter les déséquilibres dans la circulation de l’énergie et de les corriger.
Nous allons maintenant présenter quelques-unes de ces discpline.
L’ACUNPUNCTURE
C’est une des branches principales de la Médecine Traditionnelle Chinoise qui s’intéresse à la circulation de l’énergie dans les méridiens. L’acupuncture utilise la technique des pouls chinois. Il y en a 12, qui sont situés au niveau du poignet. Ces pouls chinois sont reliés aux méridiens, et donc aux organes, et ils apportent donc des indications sur les organes en souffrance ou en excès, en partant du principe qu’un organe malade répercute son dysfonctionnement sur le système artériel dont il dépend.
Une fois trouvé le ou le organes malade(s), il suffit de prendre le méridien correspondant.
Le long des méridiens, les chinois ont déterminé des points précis, les points d’acupuncture, à partir desquels il est possible d’agir pour tonifier (augmenter) ou disperser (diminuer) l’énergie dans un méridien.
L’action s’effectue avec des aiguilles ou des moxas.
Pour obtenir un effet tonifiant, les aiguilles sont enfoncées et tournées rapidement tandis que pour un effet dispersant, les aiguilles sont enfoncées et tournées doucement.
On peut aussi utiliser des moxas (faits à base d’armoise) ou des aiguilles surmontées d’armoise, dans ce cas, c’est par l’action de la chaleur que les points d’acupuncture sont stimulés.
La discipline qui utilise les moxas est la moxibustion.
LA REFLEXOLOGIE PLANTAIRE
Les voûtes plantaires possèdent une cartographie ou chaque organe du corps est représenté. Donc chaque organe du corps est relié à un endroit précis des voûtes plantaires, c’est la zone réflexe.
La technique de la réflexologie plantaire permet, par simple pression sur un point particulier du pied, une action directe sur un organe ou sur certaines parties du corps.
La réflexologie est une technique de maintien de la santé, agissant de manière préventive, elle aide l’organisme à retrouver son équilibre et crée les conditions favorables à l’auto-guérison.
La réflexologie plantaire aide le corps à retrouver « l’homéostasie » qui est la capacité d’autorégulation » de nos organes par rapport aux contraintes extérieures.
LE SHIATSU
C’est une méthode énergétique qui nous vient du Japon.
Elle consiste à exercer des pressions verticales par rapport à la peau avec les doigts sur la surface du corps afin de provoquer une stimulation des points d’acupuncture.
L’objectif principal est le rééquilibrage énergétique.
Les points de pression sont appelés des Tsubos et sont localisés entre les muscles, sur les tendons ou aponévroses ou dans les articulations.
Le shiatsu permet de réaliser un bilan de terrain car lorsqu’un organe est atteint, le point correspondant est sensible.
Le travail s’effectue dans un ordre précis sur le parcours des méridiens sur l’ensemble du corps. Ce travail nécessite deux heures, donc il est rarement pratiqué en cabinet. En revanche, en général, on déroge à la règle afin de pouvoir pratiquer un travail partiel ciblant plus particulièrement un secteur incriminable.
En plus des corrections énergétiques, le shiatsu permet d’obtenir:
– une amélioration de la circulation humorale,
– une amélioration de la transmission des réflexes,
– une correction du squelette (chez les personnes encore en croissance),
– une régulation nerveuse,
– et un traitement des douleurs diverses
LA REFLEXOLOGIE AURICULAIRE
Egalement appelée auriculothérapie, elle s’intéresse au pavillon de l’oreille comme plage réflexe, où le pavillon de l’oreille est comparé à un foetus à l’envers.
Cette méthode est indiquée aussi bien pour réaliser un bilan de dépistage des organes affaiblis ou en dysfonctionnement, que pour effectuer une correction au niveau des organes.
Pour cela, on utilise :
– le palpeur à pression,
– les magrains (sortes de petites billes qui se collent sur le point réflexe pour que la personne puisse ensuite le stimuler en massant le magrain),
– les billes magnétologiques: même principe que les magrains, mais les billes sont magnétisées,
– les aiguilles et les moxas (pour les acupuncteurs)
Il existe 30 points décrits par Nogier, vulgarisateur de la méthode en France, dont 15 ont une action directe sur un organe ou un muscle précis, et 15 points « maîtres » qui ont une action plus générale sur le terrain avec un effet régulateur.
Le bilan de dépistage consiste à rechercher des points et des zones sensibles. Le bilan de dépistage peut être automatiquement suivi d’une première correction. La correction se fera à l’aide du palpeur au niveau des points détectés comme étant déficients dans le but de stimuler et soulager les organes correspondants.
La correction se fait de la manière suivante:
– pour tonifier ou stimuler, massage dans le sens horaire,
– pour disperser ou calmer, le massage se fera dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Il est également possible de stimuler le système nerveux végétatif dans le but de faire une régulation.
LA REFLEXOLOGIE ENDONASALE
Egalement appelée sympathicothérapie.
C’est une action sur la muqueuse endonasale profonde, à savoir les fosses nasales constituées des cornets supérieur, moyen et inférieur et des méats, interstices entre les cornets.
La muqueuse endonasale est richement innervée car elle est un point de confluence des voies du névraxe (système cérébro-spinal) et du système neuro-végétatif.
Lors des stimulations au niveau de la tête des cornets, qui sont indolores, on provoque des réactions réflexes au niveau des voies nerveuses: éternuements, larmes, on peut aussi avoir une dilatation des pupilles, une transpiration, ou encore « la chair de poule ». Il s’agit des signes extérieurs qui indiquent une régulation nerveuse complète qui se propage à tout le corps.
Le thérapeute utilise pour travailler un stylet correspondant à une tige rigide ou flexible, avec un embout. Plus le stylet est souple, plus l’action sera sédative, plus il est rigide, plus l’effet est tonifiant.
La sympathicothérapie peut, comme toutes les techniques de réflexologie, servir de bilan comme de correction puisqu’il existe une cartographie des fosses nasales.
Ce qu’il est sûr, c’est que la réflexologie est une thérapie intéressante pour aller envoyer un message au corps par le moyen de pressions.
Mais ce qui est encore plus sûr, c’est que sans une bonne hygiène de vie à la base, mis en place avec l’aide d’un thérapeute qualifié en accord avec vous, vous aurez du mal à vous sortir de vos problèmes déséquilibres organiques.
Ce qu’il faut avant tout, c’est une alimentation équilibrée, une bonne hydratation, et une pratique sportive (quelques petits trucs comme par exemple remplacer l’ascenseur par l’escalier… devrait déjà aider). Et quand je parle de pratique sportive, il n’est pas question ici de vous mener aux Jeux Olympiques, mais de la pratique par exemple d’un peu de bonne marche tous les jours.
Et surtout, il me semble, aller chercher au fond de vous ce qui « déclenche » vos déséquilibres organiques. Ce qui se fait à partir du décodage biologique.
Votre corps vous parle, écoutez-le !!
Bien à vous

Recherches populaires : Tout savoir sur le reiki sur Montauban