Les principaux troubles des personnes âgées

vieillissement

L’ovaire, vers 50 ans, ne produit plus d’oestrogènes, plus d’ovules ni de progestérone.
La pré-ménopause : ovulations plus ou moins régulières et de moins bonne qualité, donc troubles : gonflement des seins, irrégularité des règles, perte de poids.
Les effets : le manque d’oestrogènes entraîne la diminution de la densité osseuse. Les os deviennent plus fragiles et l’ostéroporose apparaît avec risques de fractures, plus de risque cardiaque et augmentation du cholestérol.
Le point de vue de la médecine naturelle : c’est la perte d’un émonctoire qui va créer une accumulation de surcharges. Il faut retrouver un équilibre biologique.
Les troubles : symptômes :
– arrêt des règles,
– bouffées de chaleur,
– troubles de l’humeur et du sommeil,
– atrophie de la muqueuse vaginale créant de l’inconfort lors des rapports sexuels,
– stérilité définitive irréversible.
L’andropose : troubles du sommeil, les os se fragilisent, la pilosité et la taille des testicules ont tendance à diminuer.

LE DEVENIR DES GRANDS APPAREILS :

Appareil articulaire :
Les contraintes du squelette au cours de la vie :
– contraintes dynamiques : celle qu’impose le mouvement,
– contraintes hygiéniques que devraient imposer une alimentation et une dynamique respectueuses des tissus osseux.
L’arthrite et l’arthrose sont des atteintes inflammatoires, rhumatismes.
L’arthrite : inflammation aigüe ou chronique des articulations. L’articulation touchée est chaude et douloureuse. La poussée inflammatoire est de courte durée et guérit sans séquelles.
On distingue :
– l’arthrite rhumatismale qui affecte toujours plusieurs articulations, extrémités ou colonne vertébrale,
– les arthrites infectieuses qui sont dues à une infection bactérienne, virale, mycosique ou parasitaire. Dans ce cas, il n’y a généralement qu’une articulation de touchée.
– le rhumatisme articulaire aigu qui est la conséquence d’une pharyngite à streptocoque, compliquée après une quinzaine de jours, d’une polyarthrite intéressant surtout les grosses articulations.

L’arthrose : maladie rhumatismale à caractère dégénératif qui associe deux éléments :
– lésion du cartilage articulaire,
– réaction de construction osseuse (ostéophytose).
Elle s’aggrave avec l’âge et touche en principe les grosses articulations. Les causes sont multiples :
– les facteurs de surcharges mécaniques répétées,
– les facteurs métaboliques,
– les facteurs héréditaires.

L’ostéoporose : c’est une diminution de la quantité de la masse osseuse. Cette maladie est responsable de nombreuses fractures survenant chez les personnes âgées.
Deux types d’ostéoporose :
– l’ostéoporose trabéculaire, qui atteint les zones riches en tissus spongieux,
– l’ostéoporose corticale qui atteint les zones riches en os compact.

L’appareil circulatoire :
Les veines et les artères de l’appareil circulatoire sont des canalisations servant à transporter le sang et l’ensemble des nutriments vers les cellules afin de les alimenter.
Les troubles liés à l’encrassement sont en général liés à un excès de cholestérol, et des variables (attitude, de pression sanguine, de surcharges…).
Diverses formes : varices, hémorroïdes, couperose, vertiges orthostatiques.
Mais il peut y avoir des atteintes plus graves :
– artériosclérose,
– athérosclérose,
– atteinte cardiaque.

L’appareil respiratoire :
C’est l’appareil le plus vulnérable pour les neuro-arthritiques, attaqué par les maladies comme l’emphysème, la bronchite chronique.

La bronchite chronique :
On parle de bronchite chronique quand l’état bronchique est là plus de trois mois par an, et cet état installé depuis plus de deux ans.
Affection caractérisée par une hyper sécrétion compliquée d’une obstruction généralisée des bronches provoquant une toux avec expectoration. A un stade avancé d’évolution, cela peut provoquer l’infarctus du myocarde.
La succession des épisodes infectieux entraîne une perte d’élasticité pulmonaire, une distension puis un éclatement des parois alvéolaires. L’emphysème se met alors en place : la constriction des artères pulmonaires faisant obstacle au ventricule droit du cœur, on voit apparaître l’œdème pulmonaire chronique qui aboutira souvent à une insuffisance cardiaque droite.
L’ensemble de ces lésions rend l’appareil pulmonaire incapable d’accomplir ses fonctions et la mauvaise oxygénation de l’ensemble du corps fait subir des préjudices au cœur et au cerveau particulièrement.
L’asthme :
Affection qui survient dans la jeunesse et se trouve aggravée par l’installation d’une bronchite chronique.
Trouble allergique qui peut être initialisée par :
– des allergènes : acariens, pollens, poils d’animaux, champignons,…
– des infections virales touchant les parois bronchiques,
– un environnement défavorable notamment en matière de pollution, tabagisme,
– des facteurs hormonaux enfin qui créent une incidence toute particulière chez les personnes âgées.
Les crises d’essoufflement paroxystique qui en résultent aident spontanément mais leur font courir un risque cardiaque certain.

L’appareil digestif :
A 50 ans, la quantité de nourriture que l’appareil digestif a dû métaboliser est fantastique. Le foie et le taux de cholestérol sont à surveiller. Quand le foie est malade, c’est qu’il y a saturation à cause du régime alimentaire, soit à cause des toxiques.
A 50 ans, le pancréas développe souvent des diabètes. Le diabète sucré est défini par un excès de sucre (glucose) dans le sang de façon chronique. L’excès chronique de sucre circulant est dû à deux causes essentielles qui conditionnent deux types de diabète :
– la première cause est une insuffisance de fabrication d’insuline, une hormone du pancréas empêchant la métabolisation sucrée dans le sang. Le diabète causé par un déficit de fabrication d’insuline est essentiellement le diabète sucré, dit insulinodépendant de type I.
– la seconde cause est une résistance à l’action de l’insuline qui se manifeste au niveau des tissus consommateurs de glucose, muscles ou tissus graisseux par ex. Ce diabète non insulinodépendant est encore appelé diabète de type II.
Le diabète touche un million de personnes en France, 20% de type I, et 80% de type II. Les problèmes les plus graves qui peuvent apparaître sont le cancer du côlon.

L’appareil nerveux :
Il est vulnérabilisé surtout au niveau du fonctionnement cérébral et des réflexes. La qualité de l’influx nerveux décroît très vite chez l’homme. Les maladies qui en découlent sont dites dégénératives car elles sont dues à la destruction progressive des neurones. Il y a juste disparition de la cellule nerveuse (ni inflammation, ni infection virale, ni névrose). Mais cette disparition peut être accélérée ou freinée par le mode de vie et le mode alimentaire.
Les troubles du sommeil :
Les causes : efforts excessifs, excès de télé, repas trop copieux, facteurs psychologiques comme l’anxiété. Dans la journée, elles peuvent avoir des somnolences dues à l’apnée du sommeil, donc sommeil non réparateur.
L’appareil musculaire :
Deux causes à la baisse de l’activité musculaire :
– interruption de l’activité professionnelle,
– réduction ou même suppression des pratiques sportives du fait de la perte des performances.
Donc le muscle s’atrophie, donc il faut maintenir le plus de mobilité possible chez le sujet âgé.
Les crampes musculaires :
– des crampes banales se produisent chez des sujets sains, elles sont brèves et ne témoignent d’aucune maladie, leurs causes sont diverses,
– la crampe du sportif se manifeste brutalement au cours d’un effort musculaire, soit lors d’exercices violents effectués sans échauffement, soit lors d’efforts soutenus trop longtemps. Pour qu’elle cesse, arrêter l’exercice et décontracter le muscle.
– la crampe par déshydratation vient généralement d’une sudation excessive. Ce genre de crampe s’évite en buvant, ou par l’apport de sel pris régulièrement ou par l’apport de sucres à absorption rapide lorsque l’effort doit se prolonger.
– les crampes d’altitude sont consécutives au maintien excessif d’une attitude inhabituelle,
– les crampes provoquées par le froid surviennent lors de bains en eau trop froide,
– les crampes de l’écrivain s’observent particulièrement chez les musiciens ou au cours de l’exercice de professions où un membre est trop exclusivement sollicité.

 

QUE PROPOSE LA NATUROPATHIE POUR LES PERSONNES AGEES :

Les bilans de terrain :
Déceler le niveau vibratoire dans lequel la personne exprime quelque chose.
Hiérarchie de la maladie : corps spirituel, corps psycho-émotionnel, corps énergétique, corps physique, avec les degrés de dégradation (biologique, humoral, organique, fonctionnel, lésionnel et irréversible).

L’iridologie :
Elle nous permettra de mettre plus particulièrement en évidence :
– l’âge biologique du sujet âgé ou diathèse et la qualité de la force vitale (état de ses système nerveux et de son système glandulaire),
– son hérédité acquise (tout au long de sa vie) et congénitale (transmise par les gènes),
– ses carences minérales et son état ostéo-minéral,
– ses surcharges et toxines,
– son état organique et la qualité de filtration de ses émonctoires,
– les répercussions éventuelles d’un traitement médicamenteux,
– l’état de sa circulation générale (vasculaire, cérébrale, veineuse).
L’accent sera particulièrement mis sur l’étude des risques de déminéralisation du squelette.

La morphopsychologie :
Cette étude, chez le sujet âgé, est rendue quelquefois difficile par le fait que le visage s’est modifié au cours du temps. Toutefois, les grandes lignes de lecture permettent d’extraire le tempérament qui prime. Cette approche permettra de connaître :
– le tempérament physique du sujet,
– son tempérament psychologique.
– les possibilités qu’il a de suivre, avec plus ou moins de zèle, les conseils que vous allez lui prodiguer.

Le bilan énergétique :
Ce type de bilan permettra de connaître, pour le sujet âgé :
– les causalités profondes d’un trouble,
– les répercussions des traitements médicamenteux,
– les risques de maladies graves et dégénératives,
– le risques cardio-vasculaires imminents ou latents,
– les troubles psychologiques et psycho-émotionnels.

La réflexologie auriculaire :
Elle permettra surtout d’aider le sujet âgé lors de douleurs ostéo-articulaires (arthrite, arthrose, algies diverses), mais les propriétés habituelles de ce type de soin restent valables pour le sujet âgé.

La réflexologie endonasale :
Elle sera utilisée chez le sujet âgé pour les problèmes d’allergies respiratoires et les déséquilibres du système nerveux végétatif.

La réflexologie plantaire :
Elle sera très utilisée chez le sujet âgé, le consultant soufrant souvent de déformations et affaissements de la voûte plantaire. Les massages réflexes sur cette zone seront donc d’un grand secours, sans compter le réconfort psychologique et toutes les répercussions organiques qui sont inhérentes à ce type de soin.

Recherches populaires : Tout savoir sur le reiki sur Montauban