Qu’est-ce que la naturopathie ?

 

« SI QUELQU’UN DÉSIRE LA SANTÉ, IL FAUT D’ABORD LUI DEMANDER S’IL EST PRÊT À SUPPRIMER LES CAUSES DE SA MALADIE, ALORS SEULEMENT, IL EST POSSIBLE DE L’AIDER »

HIPPOCRATE

La naturopathie est la grande synthèse des méthodes naturelles de santé préventives et auto-curatives : elle place l’hygiène de vie à la première place. Ses praticiens sont donc avant tout des éducateurs qui étudient, respectent et appliquent les lois de la vie saine. La naturopathie est à l’écoute des enseignements des Anciens (Hippocrate, Esséniens, Taoïstes, Védiques…) mais aussi respectueuse des héritages de nos pairs, apôtres du jeûne, des cures d’eau, de soleil, d’air, de plantes, d’argiles… ou encore des pionniers de biologie, de nutrition ou de psychologie. Tous ces héritages s’enrichissent aujourd’hui, grâce aux éclairages complémentaires des sciences actuelles de pointe que la connaissance se doit d’intégrer.

Pendant longtemps, le naturopathe s’est présenté comme un correcteur des mauvaises habitudes alimentaires, ainsi que de son action humorale visant à débarrasser l’organe des déchets.
Aujourd’hui, devant de nombreux déséquilibres nerveux dus au stress, la naturopathie va ajuster sa démarche en tenant compte des désordres hygiéniques d’ordre psychologiques, eux-mêmes générateurs de troubles physiologiques.
La naturopathie « rénovée » montre l’importance de la composante psychologique devenu prépondérante.

Elle est fondée sur les sept principes Hyppocratiques :

  • ne pas nuire (« primum non nocere »),
  • la nature est guérisseuse (« Vis medicatrix naturae »)
  • identifier et traiter la cause (« tolle causam »),
  • traiter la personne dans sa globalité,
  • le thérapeute est un éducateur,
  • la prévention est la meilleure des cures,
  • établir la santé et le bien-être,

Et les cinq principes fondamentaux :

  • Le Vitalisme : la naturopathie respecte et favorise l’énergie vitale, l’intelligence biologique qui gère toujours au mieux les métabolismes pour le patient. Le praticien accompagne l’auto-guérison,
  • l’humorisme : la naturopathie étudie et corrige les surcharges et carences du milieu intérieur. C’est une médecine de terrain,
  • l’hygiénisme : le naturopathe sait qu’il n’est pas de santé possible sans une bonne hygiène alimentaire et corporelle, ni sans contacts réguliers avec les éléments naturels, air, eau, terre, soleil,
  • l’holisme : la naturopathie conçoit l’humain dans sa globalité somatique, énergétique, psychologique, spirituelle et sociale,
  • le causalisme : la naturopathie enseigne comment corriger les causes profondes et premières des troubles.

Il est recommandé d’être bienveillant envers nos cellules, en leur apportant « le meilleur » afin qu’elles puissent à leur tour nous donner « le meilleur ». Nos cellules sont réunies, associées, dans le but de servir notre corps physique pour qu’il soit en bonne forme.

Nos cellules ont besoin :

  • d’oxygène (énergie),
  • de minéraux, vitamines, acides aminés… donc d’une nourriture saine, légère, vivante et variée (carburant),
  • de repos,
  • d’un entraînement régulier,
  • d’une vie saine, aussi bien physique, qu’émotionnelle et mentale,
  • d’être drainées par de l’eau propre, pure et abondante,
  • d’amour, de lumière, de confiance et de pensées positives.

D’où l’action du naturopathe dans la mise en œuvre d’un programme de synthèse réalisé pour chaque consultant (observations, bilans).

Ce plan de synthèse intègre la mise en œuvre harmonieuse des 10 techniques naturopathiques qui sont :

  • la psychologie,
  • la bromatologie,
  • la phyto-litho-minéralogie,
  • les exercices,
  • l’hydrologie,
  • la chirologie,
  • la réflexologie,
  • la pneumologie,
  • la magnétologie,
  • l’actinologie.

Un organisme soumis pendant un certain temps à une carence dans l’un de ces dix éléments devient le siège de troubles évoluant vers l’état de maladie.

Le naturopathe est un hygiéniste, il s’efforce de restaurer l’équilibre entre l’individu et son milieu. Il l’accompagne sur le parcours plus ou moins long qui le conduira à l’optimisation de son état sanitaire.
L’emploi des techniques doit être mis en œuvre dans un ordre qui corresponde à une progression dans la détoxication et la restauration sanitaire en général. Au terme de son bilan de santé, le praticien définit la manière dont il va hiérarchiser et distribuer les dix techniques.

Recherches populaires : Tout savoir sur le reiki sur Montauban